Les Frères Karamazov | Fiodor Dostoïevski

Les romans de Dostoïevski furent mon premier contact avec la littérature russe. Je me rappelle de cette avidité qui me poussait à tourner les pages de Crime et Châtiment afin de savoir si Raskolnikov allait se faire pincer et, si oui, de quelle manière ! Je me souviens aussi de ces veillées à suivre les aventures du prince Mychkine dans L’Idiot, quitte à ce que le roman me prive de longues heures de sommeil pourtant bien nécessaires. Autant le dire tout de go, la lecture d’un Dostoïevski ne m’a jamais déçu. J’y ai, toujours, trouvé des éléments qui me tenaient en haleine comme la psychologie intense des personnages ou une intrigue qui donnait furieusement envie de savoir comment finirait l’histoire.

Alors pourquoi avoir tardé à rédiger une petite analyse sur un livre de cet auteur que j’affectionne tant ? Tout simplement parce qu’il est difficile de trouver les mots justes, c’est-à-dire ceux qui ne tombent pas dans une subjectivité béate, ceux qui gardent, autant que faire se peut, une part d’objectivité. Il faut s’évertuer à trouver le juste dosage afin de rendre compte d’un roman qui nous a marqué sans être aveuglé par l’affection qu’on lui porte. Exercice périlleux s’il en est. 😉

Le livre choisi pour cette analyse n’est autre que Les Frères Karamazov (1). Le dernier roman écrit par Fiodor Dostoïevski avant son décès en 1881.

La version traduite

Pour commencer il convient de dire un mot sur la traduction en français d’un ouvrage, et ce, à plus forte raison quand il s’agit de Dostoïevski. En effet, l’écriture de cet auteur est brute de décoffrage. Il n’y a pas de recherche particulière d’effets stylistiques mais l’avantage indéniable est que sa plume possède un rythme nerveux, ce qui colle parfaitement au propos du roman des Frères Karamazov. D’ailleurs, ce manque de style trouve, en partie, sa source dans la vie de Dostoïevski qui se devait de publier ses romans le plus rapidement possible afin d’apurer ses nombreuses dettes aux jeux (2).

Il existe une foule de traductions de ce livre, certaines n’hésitant pas à franciser l’écriture de l’auteur russe afin que cela soit plus lisible pour le lectorat francophone. Cela fait sens pour les lecteurs qui veulent avoir un aperçu très général du roman mais peut-on se targuer d’avoir lu Dostoïevski quand son écriture en est policée à ce point ? Ma réponse est non. C’est pour cette raison que la version lue ici est celle du traducteur André Markowicz (3), qui s’est efforcé de traduire Les Frères Karamazov au plus proche du texte russe afin d’en restituer toute son âme.

L’histoire

Fiodor Pavlovitch Karamazov est un propriétaire foncier qui accumule les vices: débauche, malhonnêteté, absence de principe et mauvais père. Veuf par deux fois, il a trois fils dont il ne s’occupe jamais. Il est aussi le père d’un quatrième fils … illégitime. Ces quatre garçons suivent un cheminement opposé les uns des autres. Tout bascule quand le père, Fiodor, est retrouvé, assassiné, dans sa chambre. Il ne fait alors aucun doute qu’il s’agit d’un parricide. Mais qui en est l’auteur ?

“ Peut-être que je ne le tuerai pas, mais peut-être que je le tuerai. J’ai peur de me mettre à le haïr, d’un coup, à cette minute-là, avec cette figure qu’il a. Je hais sa pomme d’Adam, son nez, ses yeux, son sourire obscène. Un dégoût physique que je ressens. Voilà de quoi j’ai peur. Je peux ne pas me retenir … “ (4)

Comme à son habitude, Dostoïevski dépeint des personnages extrêmes qui versent dans la passion jusqu’à l’excès le plus poisseux. Il fait fi de toute considération pour la contemplation — on ne retrouve que très peu de descriptions sur les paysages ou le décor par exemple — l’auteur russe préfère embarquer le lecteur dans la psyché de cette famille peu reluisante afin de nous faire comprendre les enjeux de chaque personnage. Dostoïevski les retourne dans tous les sens afin de nous faire comprendre que tous pourraient être l’auteur du fameux parricide.

Il n’est pas inutile de noter que l’auteur russe puise son imagination dans sa propre vie pour construire ses personnages karamazoviens. Mitia, l’ainée des fils Karamazov, risque le bagne en Sibérie, tout comme Dostoïevski qui y fut déporté pendant quatre longues années. Aliocha, le plus jeune des fils, est un croyant on ne peut plus spirituel, tout comme l’écrivain russe qui était un fervent croyant. Et que dire de Smerdiakov, le fils illégitime de Fiodor Karamazov, qui est sujet à des crises d’épilepsie … tout comme Dostoïevski lui-même !

Le roman est écrit à la manière d’un polar et trouve un point de bascule avec le meurtre du père. Mitia est alors accusé de parricide même s’il n’y a pas de preuve concrète et irréfutable de son hypothétique geste. Commence alors la deuxième partie du livre consacrée au procès et on y retrouve tous les ingrédients pour nous tenir en haleine :  médiatisation théâtrale du procès, renommée de l’avocat du prévenu, témoignages orientés avant que l’avocat ne cuisine les témoins et en fasse ressortir la contradiction de leurs propos, retournements de situation, et enfin la décision des jurés. Tout y est ! Dostoïevski montre, avec férocité, la complexité d’un procès et les enjeux qui en découlent. La défense et l’attaque jouent, tour à tour, avec leur propre interprétation de la vérité, et n’hésitent pas à tirer sur la corde sensible quand l’occasion leur est donnée.

Le coup de maître de l’écrivain russe est d’utiliser ce procès de fiction pour tirer le portrait à la bassesse de l’être humain. Hormis Aliocha, chaque personnage a des intérêts qui dépassent le cadre de l’accusation ou de la défense. Dostoïevski va même un cran plus loin en faisant une critique de la Russie toute entière via un affrontement d’anthologie entre le réquisitoire du procureur et la plaidoirie de l’avocat.

Un narrateur neutre ?

Il y a bien un individu extérieur qui nous relate, de bout en bout, l’histoire des Frères Karamazov. Il s’agit du narrateur dostoïevskien. Mais de neutre il n’en est rien puisqu’il se joue de nous, lecteurs, afin de nous amener exactement là où il veut. Il n’est pas rare, et ce à plusieurs endroits du roman, de le surprendre à annoncer un événement ou une explication digne d’importance et ensuite de s’arrêter brusquement et de nous flanquer un “cela je vous l’expliquerai plus tard…” quoi de plus énervant mais aussi d’efficace pour accrocher le lecteur afin de nourrir sa curiosité.

Le narrateur se permet aussi une touche d’humour piquante dès la préface du livre où il apostrophe le lecteur en lui avouant que l’histoire du héros qu’il va conter n’est peut-être pas si remarquable que cela et qu’il est, peut-être préférable de refermer le roman après la lecture des premières pages tout en concluant par un mémorable “Bon, voilà toute l’introduction. J’en conviens parfaitement, elle ne sert à rien du tout, mais, puisqu’elle est écrite, qu’elle reste. Sur ce, au fait !

En conclusion

Les Frères Karamazov est le dernier livre qui vient parachever l’œuvre littéraire de Dostoïevski. Il est considéré comme l’un des romans phares de l’âge d’or de la littérature russe et a eu un écho qui dépasse le cadre de l’écriture. On pense notamment à la psychologie au vu de l’influence de ce livre sur Sigmund Freud (qui réalisa d’ailleurs un texte sobrement intitulé Dostoïevski et le parricide), mais aussi Albert Einstein, jamais avare d’un bon mot, qui affirma à de multiples reprises qu’il avait bien plus appris de Dostoïevski que de n’importe quel physicien.

Ce roman est aussi le catalyseur de critiques telles que celles de Vladimir Nabokov qui n’y allait pas avec le dos de la cuillère pour définir le style de Dostoïevski :

“ Il semble qu’il ait été choisi par le destin des belles lettres russes pour devenir le plus grand auteur dramatique de son pays, et qu’il se soit fourvoyé en écrivant des romans. Les Frères Karamazov m’a toujours fait pensé à une pièce de théâtre mal ficelée, avec juste les meubles accessoires indispensables aux divers acteurs : une table ronde avec la marque circulaire d’un verre, une fenêtre peinte en jaune pour faire croire qu’il y a du soleil dehors, ou encore un arbuste apporté en hâte et déposé sans façon par un machiniste. “ (5)

En définitive, il y aurait tant à dire sur cette œuvre, portée aux nues par les uns et détestée par les autres. J’aurais pu, par exemple, aborder le cas d’Aliocha, le héros du roman. Mais ce personnage mériterait une analyse à lui seul tant il y a de choses à dire à son sujet. Il y a aussi le choix délibérément taquin de Dostoïevski qui nomma chaque chapitre du livre d’une étrange manière mais cela vous pouvez très bien vous en rendre compte en feuilletant la table des matières du roman ou en jetant un œil sur Wikipédia. 

J’espère avoir rendu un avis personnel en gardant un minimum de lucidité sur ce qu’est Les Frères Karamazov et invite tout un chacun à lire, ne fût-ce que les premières pages du roman et … à laisser ses impressions dans les commentaires ci-dessous. 😉 

À bientôt !

До скорого !


(1) DOSTOÏEVSKI F., Les Frères Karamazov, Éditions Actes Sud, 2002.

(2) Faut-il le rappeler, Dostoïevski avait un rapport compulsif aux jeux d’argent et de hasard au point d’être criblé de dettes. Il en écrivit même un roman : Le Joueur (Игрок). 

(3) https://www.cairn.info/journal-bulletin-de-l-institut-pierre-renouvin1-2014-2-page-83.htm

(4) Ibid., P.226


(5) NABOKOV V., Littératures II, Librairie Arthème Fayard, 1985. P.159

25 réflexions sur “Les Frères Karamazov | Fiodor Dostoïevski

  1. C’est un des rares livres que j’ai très envie de relire. C’était mon second Dostoievski (juste après les nuits blanches) et j’étais un peu jeune. Ce que vous dites sur la traduction m’amène à comprendre pourquoi je l’avais trouvé un peu compliqué à l’époque et je veux le relire car j’avais bien senti que quelque chose m’échappait bien que j’aimais beaucoup.

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour,

      Merci de votre passage !
      Autant je trouve les soucis de traductions moins prégnants chez Tolstoï (il avait un excellent niveau de français), autant la traduction d’un Dostoïevski peut être très différente d’un traducteur à l’autre.

      Si vous êtes intéressée par les enjeux de la traduction chez Dosto, vous pouvez aller voir ici (https://www.babelio.com/questions/25091/Quelle-version-des-Freres-Karamazov-de-Dostoievski#post_634582)

      À bientôt,

      Aimé par 1 personne

      1. Passionnante ta chronique Johan, bravo ! J’ai été aussi très intéressé par le lien concernant le rôle du traducteur, une problématique que j’aime creuser dans mes lectures. Je n’ai pas lu Les frères Karamazov dans la nouvelle traduction de Markowicz, autant dire que je vais me la procurer rapidement. Bon dimanche ! Alain

        Aimé par 1 personne

      2. Bonjour Alain et merci,

        Alors oui je te conseille d’aller voir le lien. Les commentaires et sous-commentaires qui évoquent les différentes traductions, le camps des cibistes, ceux des sourciers, ainsi que différents liens concernant les difficulté dans la traduction.

        À bientôt sur tes chroniques !

        Johan

        Aimé par 1 personne

  2. Ce roman peut être lu à l’infini. Je vous suis reconnaissant pour ce que vous avez écrit sur Dostoïevski. C’est mon écrivain russe préféré. Je voudrais faire un commentaire sur quelque chose, mais vous avez écrit votre texte si succinctement dans le volume indiqué qu’il ne sera pas possible de l’ajouter brièvement – vous ne pouvez écrire qu’un article de réponse. Merci de l’intérêt que vous portez à un classique russe aussi emblématique.

    Aimé par 1 personne

      1. Pour moi, The Brothers Karamazov est avant tout un roman sur une vague âme russe, sur les contradictions qui déchirent une personne, sur la présence en lui de forces claires et obscures. Dans le même temps, on ne sait pas quelle force est la plus grande. À propos de ce qu’est, après tout, le chemin du salut de l’âme. Existe-t-il un tel moyen? Ou est-ce juste une illusion.
        Par conséquent, il n’y a pas de description des détails des personnes, du monde environnant, de la nature dans les œuvres de Dostoïevski – dans ses romans, tout concerne le monde intérieur, l’extérieur n’est qu’une coquille pour l’intérieur, il est si peu important qu’il peut être négligé.
        De plus, il est absolument impossible de déterminer si une personne est bonne ou mauvaise. Il est tout le monde. Et le fait que nous devons accepter ce monde tel qu’il est. C’est peut-être le grand chemin qui mène à la vérité.

        Aimé par 1 personne

      2. Bonsoir,

        Et merci d’avoir rédigé votre commentaire dans un français parfait !

        C’est justement cette intériorité qui me plait chez Dostoïevski. Certes, elle est cerclée de noirceur et d’excès, mais elle a tant de choses à nous dire sur nos tiraillements intérieurs.

        N.B. Il me semble que Dostoïevski fut sévèrement critiqué par certains pour avoir donné une mauvaise image de la Russie mais le principal, chez cet auteur, est ailleurs.

        Aimé par 1 personne

  3. Bonsoir, j’ai lu votre analyse avec beaucoup de plaisir! Les frères Karamazov est mon roman préféré. Dostoïevski était un génie, son écriture tout en intériorité comme mentionné dans l’article et les commentaires précédent, en font pour moi le seul écrivain capable de dépeindre les tourments de l’âme humaine avec autant de justesse.
    Mitia est également mon personnage littéraire favori. Son intempérance, ses désirs chaotiques m’émeuvent énormément. Chacun des fils mériterait sa propre analyse ! 🙂
    Merci pour cette critique!

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour,

      Merci pour votre commentaire et votre engouement dostoïevskien.

      Et oui, l’épaisseur et la trajectoire des personnages mériteraient un approfondissement. D’ailleurs les pages Wiki dédiées à Mitia, Aliocha, le starets Zossima, ainsi qu’aux autres personnages donnent quelques détails intéressants.

      L’ecriture de Dosto était foutraque et c’est sans doute ce roman qui sied le plus à son style mais bon, chacun jugera… 👍

      J'aime

  4. Je crois que cela vaut vraiment le coup de lire deux fois toute l’œuvre de Dostoïevski, une fois à 20 ans par exemple et une autre après 50 ans. Ce que j’ai fait. Cela permet de se défaire d’ une foule de préjugés de jeunesse sur cet auteur considéré souvent comme « torturé » par le lecteur français de base, ce qui est toujours un avantage. Puis passé la cinquantaine, rire en se penchant sur l’interligne fait un bien fou, ce qui ne gâte rien, surtout de nos jours où les occasions de rire sont parfois si rares qu’on est obligé de les inventer tout seul.

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Patrick,

      Merci pour votre commentaire.

      Il est certain que nous ne lisons pas de la même manière un classique après l’expérience de vie. Que dis-je … le patine du temps !!! ;)))

      Même si j’aperçois l’humour typique de Dostoïevski où ces personnages versent dans le ridicule à force d’excès et en deviennent forcément comiques. Je trouve que le Dostoïevski torturé est un élément positif dans son écriture, cela amène du rythme et un certain cachet que je retrouve rarement chez d’autres auteurs.

      À bientôt,

      Aimé par 1 personne

    2. Pour moi, une première fois adolescent, une seconde à 35 ans et une troisième à 50! Bon peut-être pas 3fois l’entièreté de son oeuvre du coup, mais certains ouvrages au moins 🙂 Je suis bien d’accord, qu’on savourerait d’autres éléments et que nos sentiments envers certains personnages changeraient… En bien ou en mal. Adolescents, on a plutôt tendance à l’intransigeance, non? Je crois que cela change avec l’expérience de la vie…

      Aimé par 2 personnes

  5. Ping : Les Frères Karamazov | Fiodor Dostoïevski — Les Petites Analyses – Robert Pierre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s