Le Philosophe nu | Alexandre Jollien

Il y a des jours où l’on ferait mieux de se taire. Des jours où les idioties ont la langue bien pendue, tenant le crachoir de la bêtise au comptoir des idées. Cela déblatère à tour de bras, cela pense tenir un raisonnement cohérent mais au final il ne reste pas grand chose d’intéressant une …

Lire la suite de Le Philosophe nu | Alexandre Jollien

Les Pauvres Gens | Fiodor Dostoïevski

Sans-abris, défavorisés, isolés, démunis, SDF… Il existe une galaxie de mots pour vous désigner du bout des lèvres, vous, les invisibles trop visibles. Comme si vous affubler de noms changeants enlevait de la misère à la pauvreté. On pousse l’aveuglement jusqu’à vous conceptualiser dans des tableaux et des graphiques afin de vous placer sur la …

Lire la suite de Les Pauvres Gens | Fiodor Dostoïevski

Le nom de la rose | Umberto Eco

Le ciel, à l’ordinaire si clair, était devenu une voûte laiteuse qui stationnait au-dessus de milliers de foyers. Il ne fallait pas être devin pour prédire la suite. Le vent se lèverait, la luminosité baisserait à vue d'œil tandis que la chape nuageuse se remplirait d’un gris pesant avant de déverser son verdict. Il y …

Lire la suite de Le nom de la rose | Umberto Eco

Le Château de ma mère | Marcel Pagnol

Une table. Deux chaises. Et une collègue qui me glisse un mot que j’avais écrit pas plus tard que la veille. J’eus beau pencher le papier en tous sens, enlever mes lunettes, les remettre et écarquiller les yeux, rien n’y fit. Impossible de me relire. Ce bout de phrase reste une énigme. Un morceau d’art …

Lire la suite de Le Château de ma mère | Marcel Pagnol

Journal (1867) | Anna Dostoïevski

Il y a de ces breuvages qui libèrent l’esprit ! Le sacro-saint triptyque café, thé et vin est de mise dans mes pérégrinations littéraires. Tel un réflexe de Pavlov, une séance de lecture déclenche en moi le rituel de la boisson. Déboucher une bouteille de rouge, sortir la cafetière italienne ou tremper une mousseline de …

Lire la suite de Journal (1867) | Anna Dostoïevski

La chute | Albert Camus

Cela avait commencé dès la file d’attente. Des bouffées de chaleur et cette sensation d’être hagard, la bouche pâteuse. « Deux places pour La ligne verte s’il-vous-plait ». Ce qu’il peut faire chaud dans ce cinéma ! Il faut dire que cette affreuse moquette n’aide en rien. Tu ne trouves pas qu’il fait étouffant ? …

Lire la suite de La chute | Albert Camus