Abluvion buccale | Hommage à Henri Michaux

Je me suis réveillé un jour des histoires plein les dents.

Des lettres intercalées dans les gencives.

De petites hémorragies de parole

Mes deux mâchoires s’étaient mises en italique.

 

J’eû beau frotter mes phrases avec force

faire des bains de paragraphes,

Impossible d’arrêter ce flot continu de paroles

qui fit péter les plombs à ma femme et m’emmena consulter.

 

Aux grands maux les grands moyens.

On m’arracha les 32 majuscules de la bouche

pour y greffer seize accents graves,

huit initiales, quatre enluminures

et un point final.

 

N.B. Le tout sans anesthésie, cela va sans dire.


Court poème écrit en 2013 en hommage à Henri Michaux.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s