L’appel de la forêt | Jack London

Posé sur un banc, calfeutré sur son divan ou encore assis dans une rame de métro bruyante, le lecteur sait qu’un livre est un objet qui peut ébranler sa petite personne et la mettre en mouvement. Il tourne les premières pages. Les mots s’égrènent sous ses yeux et son corps ne bouge presque pas mais son imagination, elle, se retrouve à des milliers de kilomètres. En l’espace de quelques phrases le lecteur se transforme et devient une autre personne vivant mille et une aventures à l’autre bout du monde. Telle est la promesse de certains romans.

D’autres proposent un voyage intérieur, dans les méandres de soi-même, à la recherche de ses propres réponses sur la vie. Et puis il y a des livres qui sont un rare condensé de tout cela. L’appel de la forêt (1) est de ceux là. Analyse.

Jack London nous met dans la peau d’un chien, Buck, arraché à sa paisible Californie et forcé de devenir l’esclave de l’Homme dans la région glaciale du Yukon, célèbre pour sa ruée vers l’or à la fin du XIXème siècle. Dès l’entame du roman, l’auteur sait choisir les mots pour que le lecteur se sente concerné par le cas de Buck. En un battement de cils nous sommes ses pattes, son flair, son pelage, son corps, ses pensées. Et au bout de quelques pages il réussi à nous faire croire que nous sommes ce chien. Au niveau identification au personnage, c’est diablement réussi.

C’est par ce truchement narratif que certaines scènes prennent une dimension épidémique. Nous avons, par exemple, la chair de poule et la gorge nouée quand Buck reçoit un déluge de coups avant d’être remis en cage, exsangue. Jack London ne ménage pas nos ressentis. Nous avons droit à l’horrible qui côtoie le beau. Comme le premier contact de notre chien-héros avec la neige:

« On se bousculait pour franchir la passerelle; et tout à coup Buck se sentit enfoncer dans une substance molle et blanche, semblable à de la poussière froide et mouillée. Il recula en grondant; d’autres petites choses blanches tombaient et s’accrochaient à son poil. Intrigué, il en happa une au passage et demeura surpris : cette substance blanche brûlait comme le feu et fondait comme l’eau…

Et les spectateurs de rire.

Buck était excusable pourtant de manifester quelque surprise en voyant de la neige pour la première fois de sa vie. (2) »

Le roman vaut aussi pour son côté initiatique. S’il est ici question d’un chien, nous pouvons facilement transposer l’histoire à hauteur d’homme puisqu’il s’agit d’un cheminement semé d’embûches afin d’atteindre une forme de liberté et une réalisation de soi. Buck devra faire preuve de courage, affronter la loi de la nature, mais aussi être le plus fort. À ce titre, l’histoire semble être une allégorie pour survivre dans un monde capitaliste et ce n’est pas peu de le dire quand on sait que Jack London était un fervent socialiste. Ou comment utiliser les aventures d’un chien pour faire passer, de manière subtile, un message plus politique.

L’histoire de l’appel de la forêt pose aussi la question de la résurgence progressive de l’instinct sauvage. Et ce autant chez l’animal que chez l’homme. Sans être un écologiste et sans vouloir faire de prosélytisme, je suis convaincu que l’homme s’inscrit dans la nature car il fait partie d’elle. L’aseptisation de l’homme moderne abreuvé d’informations scintillantes et de plaisirs artificiellement créés ne vaut pas grand chose quand les lois de la nature se rappellent à notre bon vieux souvenir. Ne devrions-nous pas, à l’instar de Buck, être à l’écoute de qui nous sommes vraiment?

Enfin ce roman est comme une paire de jumelles au travers laquelle nous pourrions voir une certaine Amérique, celle de la fin du XIXème siècle et de ces milliers d’hommes qui se sont mis en marche vers la rivière du Klondike dans l’espoir de trouver ces fameuses pépites d’or. Jack London nous embarque sur un attelage tiré par des chiens de traineaux afin de nous faire sentir l’âpreté de la vie dans le Yukon, les températures qui plongent sous les moins quarante et l’ambiance poisseuse de la ville de Dawson (3). L’histoire est littéralement cinématographique tant l’auteur sait choisir les mots justes et les ressorts narratifs efficaces pour nous emmener là où il veut. C’est à dire au cœur d’une expérience de vagabondage sur plus de cent soixante pages.

Un pur classique de la littérature américaine à mettre entre toutes les mains.

“Soudain, il levait la tête, dressait les oreilles, écoutait, plein d’attention. Obéissant à l’appel entendu de lui seul, il bondissait sur ses pieds et filait droit devant soi, pendant des heures, sous les voûtes fraîches de la forêt, au fond du lit desséché des torrents, dans les grands espaces découverts et fleuris. Mais, par dessus tout, il se plaisait à courir ainsi dans la pénombre odorante des nuits d’été, alors que la forêt murmure son sommeil, et ce qu’elle dit est clair comme une parole articulée. A cette heure, plus profond, plus mystérieux, plus proche aussi, résonnait l’Appel — la Voix qui incessamment l’attirait, du fond même de la nature. (4) “

N.B. Enfin, pour la petite anecdote biographique, Jack London s’est astreint, une grande partie de sa vie et peu importe les conditions, à écrire mille mots par jour. Cela en dit long sur l’écrivain qu’il était. 😉


(1) LONDON J., L’appel de la forêt et autres histoires du pays de le l’or, Union Générale d’Editions, 1974.

(2) Ibid., P.348

(3) https://www.jeparsaucanada.com/dawson-city-ville-dune-autre-epoque/

(4) Ibid., P.414

4 réflexions sur “L’appel de la forêt | Jack London

    1. J’aime bien le style London, son phrasé simple. Ces histoires aventureuses qui nous transportent dans des contrées et des époques différentes.

      Dans le même ordre d’idée je relirai bien Croc-Blanc. C’est bien dommage que l’on ne fasse plus lire ce genre d’épopée à nos enfants sous la fallacieuse excuse que la violence et la cruauté y est trop exposée.

      Belle journée Dominique et merci de votre passage ainsi que de vos mots! 😉

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s