Le nom de la rose | Umberto Eco

Le ciel, à l’ordinaire si clair, était devenu une voûte laiteuse qui stationnait au-dessus de milliers de foyers. Il ne fallait pas être devin pour prédire la suite. Le vent se lèverait, la luminosité baisserait à vue d'œil tandis que la chape nuageuse se remplirait d’un gris pesant avant de déverser son verdict. Il y …

Lire la suite de Le nom de la rose | Umberto Eco

Le Château de ma mère | Marcel Pagnol

Une table. Deux chaises. Et une collègue qui me glisse un mot que j’avais écrit pas plus tard que la veille. J’eus beau pencher le papier en tous sens, enlever mes lunettes, les remettre et écarquiller les yeux, rien n’y fit. Impossible de me relire. Ce bout de phrase reste une énigme. Un morceau d’art …

Lire la suite de Le Château de ma mère | Marcel Pagnol

Journal (1867) | Anna Dostoïevski

Il y a de ces breuvages qui libèrent l’esprit ! Le sacro-saint triptyque café, thé et vin est de mise dans mes pérégrinations littéraires. Tel un réflexe de Pavlov, une séance de lecture déclenche en moi le rituel de la boisson. Déboucher une bouteille de rouge, sortir la cafetière italienne ou tremper une mousseline de …

Lire la suite de Journal (1867) | Anna Dostoïevski

La chute | Albert Camus

Cela avait commencé dès la file d’attente. Des bouffées de chaleur et cette sensation d’être hagard, la bouche pâteuse. « Deux places pour La ligne verte s’il-vous-plait ». Ce qu’il peut faire chaud dans ce cinéma ! Il faut dire que cette affreuse moquette n’aide en rien. Tu ne trouves pas qu’il fait étouffant ? …

Lire la suite de La chute | Albert Camus

Nostalgie du temps présent

Publier un recueil de poésie, quelle drôle d’idée ! La grande bibliothèque mondiale contient déjà tant de livres — et pas des moindres — que la question de l’utilité d’une telle démarche a rapidement fait surface. En quoi mes quelques poèmes méritent-ils de se retrouver dans un ouvrage ? Il m’aura fallu dix ans pour résoudre cette …

Lire la suite de Nostalgie du temps présent

Insomnie et autres poèmes | Marina Tsvétaïeva

Quatre heures du matin. La machine à rêves s’est arrêtée. Panne de courant dans la fabrique à songes. Je soulève une paupière comme on hélitreuille une masse inerte hors de l’eau. Qui diable ose m’extirper de ce sommeil ? Personne, c’est le calme plat dans la chambre. Commence alors la ritournelle d’une danse à l’horizontale. …

Lire la suite de Insomnie et autres poèmes | Marina Tsvétaïeva