Le Gaucher | Nikolaï Leskov

Le vent d’octobre s’infiltre dans les ruelles liégeoises et fouette le visage de dizaines d’étudiants masqués. Les plus frileux ont déjà enroulé l’écharpe de saison autour de leur cou tandis que d’autres font de la résistance en arborant le dernier t-shirt à la mode. L’entre-saison est le moment de l’indécision où les humains hésitent quant à leur tenue vestimentaire tout comme les feuilles jaunies d’automne chancellent au bout des branches. Tombera, tombera pas ? Veste ou manteau ? Avec ou sans bonnet ? 🍂

Au même moment, le froid étend doucement ses gelées dans plusieurs régions russes. La ville de Toula, au sud de Moscou, n’échappera pas à la plongée des températures d’ici quelques semaines. Cette cité industrieuse et métallurgique était connue pour avoir un savoir-faire dans le fabrication de machines en tous genres. La nouvelle “Le Gaucher” (1) de Nikolaï Leskov donne un aperçu de ce qu’était cette Russie-là, non sans un brin de malice. Analyse.

L’histoire commence par le voyage du tsar Alexandre en Angleterre où les ingénieurs n’ont de cesse de l’impressionner en lui montrer mille et une merveilles de l’industrie anglaise, dont une étrange puce microscopique et mécanique. Seul Platov, fidèle serviteur du tsar et russophile passionné, reste insensible à ce défilé d’objets technologiques et affirme que la Russie peut mieux faire ! Le tsar et Platov ramène alors l’étrange puce dans la ville de Toula et convoquent les meilleurs artisans, dont un gaucher bigleux, afin d’en faire quelque-chose d’encore plus génial ou plutôt … d’encore plus russe !

Cette nouvelle, publiée en 1881, s’apparente à un conte populaire qui se moque gentiment de la manie de tout russifier pour le meilleur et souvent pour le pire. Comme cette puce qui se verra finalement affublée de fers aux pattes alors que tout le monde s’attendait à quelque-chose d’extraordinaire. Cette fine dérision qui sous-tend le texte n’est d’ailleurs pas restée sans réponse puisque cette nouvelle fut, entre autre, interdite pendant la période communiste ! Il faut dire que Leskov réussi à tourner la Russie en dérision : Platov et sa fierté exacerbée, l’artisan bigle et gaucher, ainsi que le tsar Alexandre un peu benêt sur les bords…

La langue utilisée dans La Gaucher est aussi truffée de néologismes et de mots-valises assez bien retranscrits en français. L’auteur manipule sa connaissance du langage oral et du  folklore russe afin de créer un style novateur pour l’époque :

“ Aussitôt les anglais d’exhiber toutes sortes de stupéfiances et d’expliquer ce qui est à la mode d’employer chez eux sur les théâtres militaires : bavomètres maritimes, mantonneaux en drap Madère des régiments à pieds, et impermouillables goudronnés pour la cavalerie. “ (2)

Si Nikolaï Leskov joue si bien avec la langue russe et abuse des clichés (le caractère rationnel des anglais, l’irrationalité des russes) c’est aussi  grâce aux voyages qui l’ont mené en Europe mais aussi dans la Russie profonde, loin de Saint-Pétersbourg ou de Moscou.

En conclusion, Le Gaucher est une petite nouvelle de 90 pages qui se laisse lire facilement grâce à son humour grinçant voire … à son autodérision. 😉

Pour aller plus loin: La biographie détaillée de Nikolaï Leskov (Ours Magazine). 


(1) LESKOV N., Le gaucher, Ginkgo Éditeur, 2019

(2) Ibid., P.19

5 réflexions sur “Le Gaucher | Nikolaï Leskov

      1. le début de cette nouvelle m’a amusée mais la fin m’a glacée , pauvre homme pas méchant pour un sou qu’ils torturent …Nicolas Gogol finira lui aussi torturé par ses médecins …
        c’est mon ressenti mais je ne suis pas si fine mouche que toi et pas capable d’analyser cette nouvelle que j’ai aimée !

        Aimé par 1 personne

      2. Et bien il me faudra relire cette nouvelle car je n’en ai que de rares souvenirs. De manière général je me rappelle avoir aimé l’originalité de Gogol (la première partie des âmes mortes, le Nez, le Revizor).

        Excellente soirée … près des agneaux 😉

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s