L’été prochain

À mort les cocktails glacés,
la piscine à débordement
et les corps légèrement halés

À bas la fine brise
qui s'entremêle aux trente degrés
et la caresse subtile d'un été

Que l'on interdise le port du sourire
en bordure de terrasse,
les filles qui passent et les garçons pareils

Au diable les plaisirs ensoleillés
de ces décolletés plongeant dans les vagues

Que cette fin de mois d’août déguerpisse
et que vienne le frisson de l'été prochain.


Poème écrit quelque-part, un 25 août 2017.

7 réflexions sur “L’été prochain

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s