Avaler des kilomètres

Avaler des kilomètres

dans l’ivresse de minuit.

 

Cent vingt décibels à l’heure

pour s’insérer dans la nuit.

 

Le pied sur l’accélérateur

en bravant cent interdits.

 

Voilà ce que je ressens

quand je prends le volant

 

Grisé par l’ultime vitesse

J’évite tout.

De justesse.

 


Court poème écrit en 2014

8 réflexions sur « Avaler des kilomètres »

  1. Très joli 😊

    Aimé par 1 personne

  2. Ecrit à vive allure à couper le souffle.

    Aimé par 1 personne

    1. L’encre défile à toute vitesse sur le bitume de nos pages…

      J’aime

  3. Ouf, contente que tu te sois garé, je t’avoue que j’ai eu peur !

    Aimé par 1 personne

  4. Chapeau (de roue) pour ce texte !

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour cher Ernest Salgrenn,

      Je lache le volant une fraction de seconde pour pour écrire merci…

      A bientôt,
      Johan

      Aimé par 1 personne

Répondre à Les Petites Analyses Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close