Avaler des kilomètres

Avaler des kilomètres

dans l’ivresse de minuit.

 

Cent vingt décibels à l’heure

pour s’insérer dans la nuit.

 

Le pied sur l’accélérateur

en bravant cent interdits.

 

Voilà ce que je ressens

quand je prends le volant

 

Grisé par l’ultime vitesse

J’évite tout.

De justesse.

 


Court poème écrit en 2014

8 réflexions sur “Avaler des kilomètres

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s