Pompidou 191

Dans une allée foisonnante de couleurs

où les écœurés cherchent des échappatoires

Je me laisse iriser par cette lueur

qui scintille hors d’un surprenant tableau miroir

 

Dans une allée faites de bric et de broc

un monde céleste est né par cette lucarne

où circule une bordée d’ondes de chocs

transperçant ma pupille noirâtre et darne

 

Dans une allée d’un paquebot vrombissant

Seul ce rectangle a le don de m’électriser

par son ingénieux mélange chromatisé

fait de pétrole, d’azurin et de persan.

 


Court poème écrit en 2012

2 réflexions sur “Pompidou 191

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s